Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Conférence de l'abbé B. Descarpentries

Ce samedi 2 mars 2013 après-midi a eu lieu la première des conférences sur les Bienheureux Louis et Zélie Martin à l'occasion de l'accueil de leurs reliques en avril prochain.
L'abbé B. Descarpentries est le premier à s'exprimer...

A l'occasion de l'accueil des reliques de Louis et Zélie Martin dans le doyenné du Cateau-Cambrésis, le Père Bernard Descarpentries - prêtre du diocèse de Cambrai - paroisse Saint Maurand Saint Amé de Douai - a offert à la soixantaine de personnes spécialement venues pour l'écouter une conférence sur les Bienheureux Louis et Zélie Martin au coeur même de la basilique de Caudry.

 

Cette conférence est pour chacun une façon de se préparer spirituellement à l'accueil des reliques en avril prochain. C'est aussi l'occasion de (re)découvrir ou d'approfondir la vie même de Louis et Zélie Martin, du couple Louis et Zélie Martin, de la famille Louis et Zélie Martin...


~

 

Louis (1823 - 1894) et Zélie (1831 - 1877) sont nés d'un parent militaire (leur père). Issus d'une famille modeste, ils sont élevés dans la campagne normande, au moment même où l'industrie est en plein essor et où l'urbanisation grandit.

 

Ils ont l'un comme l'autre envisagé la vie religieuse. Mais Louis voit sa candidature refusée car il ne connait pas le latin; quant à Zélie, sa santé est trop fragile pour envisager la vie de religieuse. 

Louis apprend alors l'horlogerie, Zélie le travail de la dentelle - pour des Caudrésiens ça signifie quelque chose !  - L'artisanat est leur métier.

 

Le pont Saint Léonard d'Alençon - dans l'Orne - sera leur lieu de rencontre.  Ils  se disent qu'ils sont faits l'un pour l'autre.  Ils se marient et décident qu'ils vivront comme frère et soeur. Or le mariage signifie se donner à l'autre, recevoir l'autre. Quand l'amour est là, surgit la vie...

 

Louis a 34 ans et Zélie 27. 

A cette époque, l'espérance de vie est faible: 40 ans pour les hommes.  L'espérance des femmes n'est guère mieux à cause des grossesses souvent nombreuses et des risques qui y sont attachés. Zélie sera confrontée à cette fatigue du corps - neuf grossesses entre  1859 et 1873 - et à la souffrance de l'âme du fait de la mortalité infantile: Louis et Zélie Martin vont découvrir que leurs enfants peuvent les précéder dans la vie éternelle et verront ainsi mourir quatre de leurs neuf enfants en bas âge... 

 

Vivant une foi concrète, une foi incarnée, toute la vie de la famille Martin est une vie tournée vers le Seigneur. Pour Louis, Zélie et leurs filles - Marie, Pauline, Léonie, Céline et Thérèse - c'est Dieu premier servi !


Louis et Zélie mènent une vie avec une attention particulière pour les plus pauvres, une attention pour celles et ceux qui les entourent.

Depuis longtemps, Louis  fait partie du cercle Vital Romet: un groupe d'amis qui s'engage sur le terrain social, au service des plus pauvres, des marginaux... 

 

Louis et Zélie vivent un catholicisme social !

Certes, les affaires son« florissantes », Louis revend son horlogerie pour administrer l'entreprise de Zélie, mais jamais Louis et Zélie n'ont cherché à s'enrichir, simplement à bien gérer pour le bonheur de tous !

 

La maladie touche la famille Martin ainsi que son entourage... 

Dès 1863, les premiers signes de la maladie font leur apparition chez Zélie... Elle est atteinte d'u« mal », une tumeur, qui l'empêche d'allaiter ses enfants. Et Louis et Zélie feront la cruelle découverte que le coeur de l'homme n'est pas toujours bon. Une nourrice qu'ils employaient les a abusés et un de leur enfant en est mort...

Soeur Marie-Dosithée - la soeur aînée de Zélie - est atteinte de la tuberculose et sa mort en 1877 portera un coup terrible à la santé de Zélie.

 

Toujours, Louis et Zélie gardent la confiance qu'ils ont en Dieu.

 

Le 28 août 1877, Zélie meurt...

C'est Isidore - le frère cadet de Zélie - qui est alors nommé tuteur des filles. Louis, Pauline, Marie, Léonie, Céline et Thérèse s'installent ainsi à Lisieux dans la maison des Buissonnets. Les filles aînées instruisent les plus jeunes et sont capables de tenir la maison grâce à leur mère qui leur a donné une bonne éducation. 

 

Leur père se retire pour prier, pour méditer. Il part en voyage en l'Europe centrale et raconte dans de longues lettres ce qu'il découvre à ses filles. 

 

En 1882, Pauline, la deuxième des filles Martin, entre au carmel de Lisieux. Une nouvelle épreuve pour la jeune Thérèse. Quatre ans plus tard, ce sera au tour de Marie d'entrer au carmel... Une à une, Marie, Pauline, Léonie et Thérèse entreront au carmel - Léonie entrera à la Visitation à Caen. Autant d'évènements qui marqueront la vie et la santé de Louis.

 

Atteint d'une nouvelle attaque - Louis souffre d'artériosclérose, de crises d'urémie - son état de santé décline peu à peu. Il est hospitalisé à l'hospice du Bon Pasteur...


Le 29 juillet 1894, Louis Martin meurt en présence de Céline.

Elle entrera au carmel de Lisieux deux mois plus tard...

 

 

 

~

 

 

Prière pour les Bienheureux Louis et Zélie Martin
 

Dieu d'éternel amour, tu nous donnes dans les bienheureux époux Louis et Zélie Martin, un exemple de sainteté vécue dans le mariage.

Ils ont gardé la foi et l'espérance au milieu des devoirs et des difficultés de la vie. Ils ont élevé leurs enfants pour qu'ils deviennent des saints. Puissent leur prière et leur exemple soutenir les familles dans leur vie chrétienne et nous aider tous à marcher vers la sainteté.

 

Si telle est Ta volonté, daigne nous accorder la grâce que nous te demandons maintenant à travers leur intercession, et daigne les inscrire au nombre des saints de ton Église.

 

Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen

 

Article publié par JérÔme CLARYSSE • Publié Dimanche 03 mars 2013 • 4460 visites

Actualités de l'Eglise

Méditation du Pape Jean-Paul II lors de la veillée baptismale avec les jeunes
Médiation du Pape Jean-Paul II lors de la veillée baptismale avec les jeunes.

Discours de Monsieur Lionel Jospin, Premier Ministre
Discours de Monsieur Lionel Jospin, Premier Ministre.

JMJ 1997 : présentation des Journées mondiales de la Jeunesse, par Mgr Dubost.
JMJ 1997 : Discours d'introduction de Monseigneur Michel Dubost, alors évêque aux Armées.

Documents épiscopat : « Ces églises qui font l’Eglise »
A l’occasion de la sortie de la revue Documents épiscopat : "Ces églises qui font l'église",...

JMJ de Paris : « Cela a donné à l’Église de France une fierté d’être ce qu’elle est »
JMJ de Paris : « Cela a donné à l’Église de France une fierté d’être ce qu’elle est »....

Haut de page